Extrait du livre « J’apprends le yoga » d’André Van Lysebeth

Les yogis distinguent trois types de respirations : la respiration abdominale, la respiration costale et la respiration claviculaire. La respiration yoguique complète combine les trois et constitue la respiration idéale.

La respiration abdominale
C’est de cette façon que respirent la majorité des hommes. Le diaphragme s’abaisse au moment de l’inspiration, l’abdomen se gonfle. C’est la façon la moins mauvaise de respirer. La base des poumons se remplit d’air, l’abaissement rythmique du diaphragme  provoque un massage doux et constant de tout le contenu abdominal et favorise le bon fonctionnement des viscères.

La respiration costale
S’effectue en écartant les côtes, en dilatant la cage thoracique comme un soufflet. Cette respiration emplit les poumons dans leur partie moyenne. Elle fait pénétrer moins d’air que la respiration  abdominale, tout en demandant plus d’effort ! C’est la respiration « athlétique ».
Combinée avec la respiration abdominale, elle entraîne une ventilation satisfaisante des poumons.

La respiration claviculaire
L’air pénètre dans les poumons en soulevant les clavicules. La partie supérieure des poumons seule reçoit alors un apport d’air frais. C’est la moins bonne façon de respirer : elle est souvent l’apanage des femmes.

La respiration complète
La respiration yoguique complète, englobe les trois modes de respiration qu’elle intègre en un seul mouvement ample et rythmé. L’apprentissage se fait  le mieux en position couché sur le dos; on peut donc pratiquer au lit, éventuellement. Voici, en bref, les  quatre phases:
1° videz les poumons à fond.
2° abaissez lentement le diaphragme et laissez entrer l’air dans les poumons. Quand l’abdomen
sera gonflé et le bas des poumons aura été empli d’air…
3° écartez les côtes, sans forcer cependant, puis…
4° achevez d’emplir les poumons en soulevant les clavicules.
Pendant toute l’inspiration l’air doit entrer progressivement, sans saccades, en flux continu. Vous ne devez faire aucun bruit en respirant. Il est essentiel de respirer silencieusement.

Quand vous aurez rempli les poumons complètement, expirez dans l’ordre de l’inspiration, toujours lentement, sans saccades ni effort.